Les percussions d’Offenbach

.
Photo D.R
Du rythme, il risque d’y en avoir demain soir au théâtre du Gallia à Saintes. Sous la direction de Bernard Tétu et la mise en scène de Jean Lacornerie, neuf chanteurs, cinq percussionnistes et un pianiste dynamitent la scène. Au programme : «Les Folies d’Offenbach». Un banquet de l’art lyrique offert sur un plateau par cette troupe venue de Lyon.

«Les Folies d’Offenbach» ont l’ambition de retranscrire ce riche répertoire en le piquant ici et là de fantaisie.Un banquet ininterrompu, renversant les convenances à commencer par les règles de langage.

Une pièce qui finalement s’inscrit parfaitement dans la joyeuse démesure qu’offraient les oeuvres du compositeur.

«Il m’apparaissait que le noyau de l’énergie contenue dans cette musique reposait sur des formules répétées, jusqu’au-delà de la satiété, jusqu’à faire tourner la tête, jusqu’à la folie», décrit le metteur en scène Jean Lacornerie. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.