« La nécessaire évolution du festival en 2012 »

A 16 heures hier après-midi, à part les tribunes, il ne restait pratiquement plus rien des installations d’un Violon sur le sable sur la plage de la Grande Conche. Philippe Tranchet, l’organisateur de la manifestation contemplait le spectacle avec satisfaction et soulagement. Au lendemain d’une telle manifestation, on ne tire pas un bilan, mais trois.

Je pense que cette année encore, c’est l’unanimité : le public a été satisfait, les artistes aussi.

Comme tout le monde le sait, le début de la semaine a été catastrophique avec un temps épouvantable qui nous a obligés à reporter le concert de lundi à samedi.

Finalement on s’en est plutôt bien sorti.

Vous savez, il y a décisions qui sont difficiles à prendre sur des probabilités, et ces décisions sont lourdes de conséquences.

D’autre part, décaler un spectacle d’une journée c’est compliqué, mais de cinq jours, c’est une énorme organisation.

Ça a été notamment le cas de Manu Delago le joueur de hang présent lundi qui est reparti dans la semaine en Autriche pour un enregistrement.

Nous avions prévu et payé son retour pour samedi, mais manque de chance, avec les grèves d’Air France, il s’est retrouvé coincé.

On va réfléchir à un renforcement des animations, c’est-à-dire créer des animations satellites dans la ville, avant les grands concerts du soir. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer