« C’est plus difficile mais au final, le compte y est »

Et si la pluie avantageait, finalement, les hôteliers d’une ville qui n’est pas sur la côte? À moins que ce ne soient les événements politiques dans les pays du Maghreb qui fixent dans l’Hexagone les touristes français? Ou encore la multiplication des événements culturels? Le fait est que le cru 2011 pourrait être tout à fait convenable en matière d’hôtellerie.

En tout cas, si l’on s’en tient au chiffre d’affaires.

» Ces propos de Jacqueline Faase, manager du Relais du Bois Saint-Georges, sont confirmés par Pascale Chardon, directrice du Formule 1 : «Le climat n’a pas joué.

Valérie Herbreteau, responsable commercial de l’hôtel Ibis souligne l’étalement des festivals et autres animations culturelles tout au long du mois.

Tout ceci a permis d’avoir une constance de fréquentation, avec une petite accalmie la semaine du 14 juillet.

Français et étrangers, les clients sont là. Cependant, la saison est loin d’être la meilleure vécue par les hôteliers de la ville.

Jean Jacquiaud, le nouveau et jeune patron de l’Hôtel du Centre annonce que «sur les quatre prochains mois, j’ai trois réservations». S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer