La bière se fait mousser

Arnaud Roy n’a besoin que de ces quatre ingrédients pour fabriquer sa bière de Ré. Dans ses ateliers de Sainte-Marie-de-Ré, cinq employés produisent 300 000 bouteilles par an. De l’orge mais surtout du blé sont nécessaires, afin d’obtenir une bière blonde légère. Soucieux de préserver le secret de ses recettes, Arnaud Roy cache de sa main la fiche sur laquelle est inscrite la composition des six variétés de bière.

L’orge et le blé sont mélangés à l’eau et portés à 80 degrés. Les céréales se déposent sur un filtre au fond de la cuve et le pain liquide – jus au goût d’amidon et de sucre – est récupéré.

Ce pain liquide est à nouveau porté à ébullition et le houblon y est ajouté. Une heure après l’ajout du houblon, le liquide est transporté en salle de fermentation.

La pièce, où sont installées quatre grosses cuves ouvertes, est envahie par une forte odeur de bière.

La levure liquide versée, la fermentation dure huit jours. Dès le lendemain, la bière est mise en bouteille.

Il faudra attendre quinze jours à trois semaines avant de la déguster, le temps que la boisson se sature en CO2 et que de fines bulles apparaissent.

Ils développeront trois nouvelles bières, dont la Blanche de Ré Bio, réclamée par les consommateurs.

Cet été, Arnaud Roy a lancé deux nouveautés : une bière au cognac, «avec la saveur fruitée et boisée du cognac mais à seulement cinq degrés d’alcool», et une limonade «au goût d’autrefois». S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte