Les parieurs ont repris le chemin des Mathes

Un hippodrome a ses codes, son atmosphère propre. Avant que la cloche ne résonne, signifiant la fermeture des paris, on s’échange des regards entendus ou, au contraire, on entretient jalousement le mystère autour de son prochain enjeu, soucieux d’être le seul à miser sur le vainqueur de l’épreuve suivante. Celle de l’herbe fraîche, dans le cas de celui des Mathes. Celle, plus puissante, qu’exhalent les chevaux, qu’hument et goûtent avec délectation les parieurs en les découvrant dans le réglementaire rond de présentation.

Ces odeurs se mêlent et constituent un parfum unique qui flottera sur l’hippodrome jusqu’au 28 août.

«On n’a pas encore beaucoup de monde dans les tribunes», confirmait d’ailleurs le chargé des relations publiques de la Nouvelle société des courses de la Côte de Beauté, André Jirodineau.

Pour la première des 19 réunions de la saison 2011, 400 à 500 parieurs et amoureux d’hippisme ont tout de même repris le chemin des Mathes et de l’hippodrome de la Côte de Beauté, en quête de sensations fortes en misant quelques euros sur leurs chevaux préférés ou simplement profiter du spectacle offert par les quatre courses de galop et les trois courses d’obstacles programmées. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy