Le cercueil était vide

 Certaines photos marquent l’histoire : Daniel Cohn-Bendit narguant du regard un CRS en mai 1968, l’étudiant chinois bravant une colonne de chars sur la place Tian anmen en 1989 ou François Mitterrand et Helmut Kohl se tenant par la main lors des cérémonies commémorant la réconciliation franco-allemande. La scène se passait le 22 septembre 1984 à Douaumont, à côté de Verdun. Daniel Groscolas, aujourd’hui maire de la petite commune de L’Houmeau, au nord de La Rochelle, avait été chargé d’organiser cette cérémonie.

Je pensais que ce serait ça la photo : les deux chefs d’État avec la pelle et la bêche.

Le président de la République française et le chancelier allemand ont traversé l’ossuaire, gigantesque cimetière où sont ensevelis les restes non identifiés de quelque 130 000 soldats français et allemands victimes de la bataille de Verdun, et se sont arrêtés devant un catafalque entouré de deux gerbes de fleurs.

Rien n’avait été dit sur le contenu du cercueil. Mais la sonnerie aux morts et le recueillement des deux chefs d’État laissaient logiquement supposer qu’il s’agissait de dépouilles de soldats inconnus des deux pays.

Il faut croire que le couple Mitterrand-Kohl se prêtait particulièrement bien aux mises en scène historiques. S






Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité