Le port de La Rochelle fait jeu égal avec Bordeaux

Avec 8,3 millions de tonnes, le Grand Port maritime de La Rochelle enregistre un trafic record en 2010, en augmentation de 12 % en une année. Devenu le septième grand port français, La Rochelle talonne désormais le port de Bordeaux, qui a réalisé un score en très légère baisse en 2010, avec 8,7 millions de tonnes de marchandises. Bordeaux reste encore devant, mais la dynamique est rochelaise : «Nous visons 10 millions de tonnes d’ici à 2014», annonce fièrement Nicolas Gauthier, le directeur du Port atlantique de la Rochelle, une ambition qui fait aujourd’hui défaut au port de Bordeaux.

Ils ne sont pas les seuls à garder en travers de la gorge cette réunion du conseil de surveillance de juillet 2009 au cours de laquelle le commissaire du gouvernement a requis, à la demande du secrétaire d’État aux Transports, Dominique Bussereau, l’arrêt de l’instruction du projet de terminal méthanier du Verdon.

Mais eux deux osent parler de cet abandon qui a rassuré les populations du Médoc et de Charente-Maritime, les défenseurs de l’environnement de l’estuaire, mais qui a traumatisé le Port autonome, ses cadres dirigeants et une bonne part de ses opérateurs privés.

Rappelons que 15 000 emplois dépendent de l’activité portuaire à Bordeaux.

La construction de ce terminal aurait sans doute pris encore du temps, mais les 700 millions d’euros d’investissement annoncés par la société néerlandaise 4Gas devaient générer quelque 2 millions de tonnes de trafic supplémentaire.

Il est devenu le premier port français pour l’importation de produits forestiers et de pâte à papier (trafic supérieur à 600 000 tonnes l’an passé), et le numéro deux français pour l’exportation de céréales.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte