Comment la cavalcade a été sauvée de la noyade

Une cavalcade promise à une mort certaine faute de financement suffisant, et remise à flot par la volonté et la persévérance de quelques bénévoles qui ont décidé que «ce pan du patrimoine de la ville de Saintes» ne devait pas disparaître. Le nouveau président du comité de la Saint-Sylvestre, élu en mai dernier, a réussi son pari.

David Bariteau vivra vendredi soir le 51e défilé carnavalesque de Saintes. C’est un événement qui draine au-delà de notre région.

Le manque d’argent était à l’origine de l’acte de décès de la cavalcade l’hiver dernier.

Pour boucler un budget tournant entre 35 000 et 40 000 euros, il a donc fallu trouver de nouvelles sources de financement en développant le partenariat privé, ce qui n’était pas dans la tradition maison.

Une soixantaine de commerçants a joué le jeu avec une participation moyenne de 100 euros.

Pour persuader certains de faire un petit geste, le comité de la Saint-Sylvestre a repris à son compte la célèbre formule du donnant-donnant.

Ce qui ne signifie pas que le défilé sera de moins bonne qualité. «Nous aurons deux ou trois chars en moins, soit une dizaine, et six groupes au lieu de huit», prévient David Bariteau.

Parmi eux, le bagad de Vannes ou encore la banda de Confolens. De son côté, le comité a confectionné cinq chars.

La cavalcade ne pourrait pas avoir lieu vendredi sans le travail de la dizaine de bénévoles du comité de la Saint-Sylvestre. S



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte