La ville ferme le robinet

 La ville ferme le robinet.Le public du conseil municipal compte, dans ses rangs toujours fournis, de fidèles observateurs de la vie politique angérienne. Jeudi soir, il fut renforcé par une quarantaine d’adhérents du Centre social, inquiets du sort de la structure, devant les diminutions des aides de la Ville depuis 2008. En 2011, la majorité municipale de Paul-Henri Denieuil ira plus loin. En justification, le conseiller municipal délégué aux finances, Gilles Raillard, pointa les charges salariales de direction supportées par cette structure : 125 000 euros par an pour un budget global de 430 000 euros.

Votre décision (NDLR : la suppression de la subvention) intervient au moment où l’agrément de ce centre social a été renouvelé au vu de la qualité de ses activités.

Le commissaire aux comptes, un expert-comptable reconnu sur la place, a loué la parfaite tenue de la gestion de ce centre.

Le maire passa la parole, justement, à Sylvie Salade qui précisa, d’abord, que le centre social relevait «plutôt de la jeunesse» que de ses compétences.

L’adjointe aux affaires sociales n’a dit mot de sa position personnelle vis-à-vis de la subvention à la structure. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité