Passeur, le job pas banal

Pas le baccalauréat, ils l’ont déjà. Mais les bacs sur la Charente, au sud-est de Saintes. Tout l’été, ils font traverser le fleuve aux voitures, piétons, cyclistes, vaches et autres chevaux. Ils, ce sont quatre jeunes de Saintonge : deux à Chaniers, autant à Dompierre-sur-Charente. Un câble est à sortir de l’eau, ensuite, à l’aide d’une chaîne, il faut faire avancer le bac.

Je prends comme un privilège de travailler sur le dernier bac à chaîne manuel de France.

À Chaniers, un moteur remplace la manivelle.

En plus de rencontrer des pilotes de bateaux parfois impatients, Gaëtan a récupéré deux jeunes enfants tombés à l’eau.

En juillet, Sacha, sportif et courageux, a extrait les occupants d’une voiture tombée dans la Charente.

J’ai dû plonger pour extraire les deux autres restés à l’intérieur du véhicule à cinq mètres de profondeur.

Le nombre de passages journaliers est plus important à Chaniers qu’à Dompierre.

Les voyageurs passent le bac, d’abord par curiosité. S



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy