Zonage : les conseillers généraux de Charente-Maritime dénoncent des rachats surcotés

Présent hier pour l’ouverture de la session du Conseil général, le préfet de Charente-Maritime Henri Masse a une nouvelle fois été la cible d’attaques au vitriol, après celles lancées ce week-end par le député-maire Jean-Louis Léonard. En digne soldat de l’État, Henri Masse a essuyé ce nouveau grain sans broncher, avant de décliner par le menu les engagements humains, techniques et financiers de l’État dans l’après tempête.

Assurant notamment en réponse à l’inquiétude grandissante de certains élus que le niveau de participation de l’État dans le «plan digues 2» (consolidation avant les marées d’équinoxe de septembre) serait annoncé dans les prochains jours.

Et démentant fermement les «évaluations fantaisistes qui circulent» sur les rachats à l’amiable : «qu’il ne se dise pas n’importe quoi, ces acquisitions s’opèrent aux prix des marchés, après de nombreuses vérifications».

Si le vote du compte administratif n’est habituellement qu’une formalité, l’opposition du Conseil général l’a largement commenté cette année, y voyant une photographie édifiante de la dérive des finances départementale, que ni la chute des droits de mutation ni la crise ne suffisent à expliquer. Source



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte

Sortir
Masquer