René Kériguy, c’est notre Robert Doisneau à nous

www.alienor.org
Quand il s’était agi d’acquérir 400 planches de négatifs en noir et blanc, exécutés par le photographe rochefortais René Kériguy dans les années 30 et 40, la Ville n’avait pas hésité une seconde. Aujourd’hui, ce fonds iconographique est une mine qui enrichit bien des expositions des musées, de la ville et des archives municipales.

Bien sûr, on retrouve des photos de famille avec, entre autres, sa fille Nénette ou sa femme.

Il y a aussi les travaux classiques d’un photographe de quartier : les photos d’identité, de famille, de mariage.

Il photographiait la vie de son quartier : la cavalcade, les défilés militaires, la venue de Goulebenèze ou le Tour de France, par exemple.

Bien sûr, un peu Tintin dans l’âme, notre homme sillonnait aussi Rochefort, l \u0153il vif et affûté. Source



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte