Un « bidouilleur » qui brise les barrières

Musique et MusisiensJean-Philippe Sorlut a installé son studio en 2003, à Chaniers. La caractéristique du lieu tient au fait qu’il est largement ouvert aux personnes handicapées. Ici, tout est fait pour que les handicapés (30 % des élèves) puissent accéder, de la manière la plus large possible, à la musique. Cela passe par beaucoup de recherches, de bricolage, pour adapter les instruments.

De ce point de vue-là, Jean-Philippe Sorlut ne manque pas d’idées.

Il a inventé un système pour que les paraplégiques puissent jouer de la batterie.

L’idée a été de leur permettre d’utiliser la grosse caisse et (ou) le charleston, en modifiant les pédaliers avec un système électronique.

L’homme n’hésite pas à «désosser» des guitares, à en supprimer ou modifier les caisses, pour leur donner la meilleure ergonomie.

Parfois, on me traite de fou, mais peu importe.

Dans son studio d’enregistrement, il a installé un grand écran, relié à son ordinateur.

C’est utile pour les malvoyants, mais aussi les autres.

De la même façon, Jean-Philippe Sorlut a toujours privilégié l’étude du piano sur un instrument à queue plutôt que sur un piano droit. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy * for Click to select the duration you give consent until.