La majorité fait marche arrière sur les horodateurs

Le retrait, vendredi soir en conseil municipal, d’une délibération instaurant un stationnement payant à l’année sur des zones nécessitant une rotation plus importante des véhicules.Didier Quentin a visiblement senti venir le vent Et surtout le sens dans lequel il allait souffler.

Les secteurs concernés par la délibération sont pourtant très localisés, touchés de plein fouet par le phénomène des «voitures ventouses», véhicules appartenant à des riverains ou des salariés d’entreprises proches, stationnés toute la journée sur ces emplacements dédiés au passage.

Trois zones étaient ciblées : le Front de mer, pour le stationnement en épis compris entre le rond-point de la Poste et le cinéma Lido, ainsi que, de l’autre coté de la rue, le parking de l’auditorium ; la place du Dr Gantier, entre l’avenue du Maréchal Leclerc et l’avenue de l’Oasis, entre l’avenue de l’Oasis et l’avenue Maryse-Bastié, ainsi que le parking entre avenue Maryse-Bastié et la place de la Gare ; enfin, la place de la Gare elle-même.

Trois zones seulement font l’objet aujourd’hui d’une telle mesure : la place du Marché central, le parking du Casino Barrière, et celui du port de plaisance Encore ces deux derniers ne fonctionnent-ils qu’en saison.

Didier Quentin faisait remarquer que Royan reste la seule station balnéaire de son importance où le stationnement est aujourd’hui gratuit en centre-ville.

L’affaire, quoi qu’il en soit, n’est pas réglée Didier Quentin souhaite une décision découlant d’un débat sérieux s’appuyant sur la concertation. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte