La lutte anti-LGV, un enjeu politique

En pleine campagne électorale régionale, la mobilisation contre les lignes à grande vitesse (LGV) est devenue un enjeu politique. Aujourd’hui, à Hendaye, les opposants à ces nouvelles infrastructures comptent profiter de l’extrême sensibilité des habitants du Pays basque à tout ce qui peut porter atteinte à leur territoire.

Ils espèrent ainsi rééditer aujourd’hui le succès de la manifestation de Bayonne qui avait rassemblé près de 12 000 personnes le 17 octobre.

Les associations de protection de l’environnement, les comités de défense des riverains, qui appellent à la manifestation, ne sont plus les seuls à faire entendre leur voix.

Xavier Darcos, tête de liste UMP, pense que le projet est indispensable mais qu’on a «malheureusement perdu du temps à cause de l’impéritie d’Alain Rousset».

Il comprend que des élus locaux, comme Peyuco Duhart, le maire de Saint-Jean-de-Luz, «soit attentif à ce que ressent la population».

Le préfet de la région Aquitaine a, pour le moment, confirmé seulement qu’il avait demandé cette nomination au Premier ministre pour le seul tracé sur la Côte basque, alors que le besoin se fait sentir aussi à la sortie sud de Bordeaux, autour de Captieux, insiste Alain Rousset. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte