Plus dure sera la chute

S’il existait un vaccin contre les gamelles verglacées, nul doute que la France aurait déjà réquisitionné l’essentiel du stock mondial. Car à moins d’avoir fait sports-études au lycée Brian-Joubert, la chute urbaine ou semi-rurale représente ces jours-ci le risque sanitaire numéro un pour les Charentais-Maritimes osant encore fouler pavés et trottoirs.

Cinquante-deux interventions à travers le département hier pour les pompiers, sans compter toutes celles assurées par les ambulances privées et les éclopés titubant eux-mêmes jusqu’aux hôpitaux.

Au hit-parade de cette soudaine bobologie, l’épidémie de fractures du poignet décroche la première place, loin devant les rotules brisées, les chevilles retournées et parfois hélas le col du fémur fragilisé des personnes âgées.

«Et cela se répercute ensuite dans les autres services lorsqu’une intervention chirurgicale est nécessaire», explique Francis Mounios, le patron des urgences.

Lorsque je vois des mamies aller acheter un paquet de gâteaux avec leur canne, je me dis que c’est une prise de risques inutile. Source

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité * for Click to select the duration you give consent until.

* * Cette case à cocher est obligatoire

*

J'accepte